Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Merci et larmes

Merci de vos conseils je prends tout ensemble j'adopte l'arbre devant ma fenêtre dans mon village je garde ma chambre comme repaire je sélectionne quelques personnes autour de moi et avec tout je m'enracine je m'accroche pour le reste je saute dans la spirale de vie et me laisse emporter.

Merci je reçois de vos commentaires un soupçon de patience pour que les activités s'installent et que mes projets se concrétisent je ne peux pas raconter pas encore encore attendre je partage avec vous mon soupçon de patience.

Je fais humour je retrouve donc gaité.

 

Je veux raconter hier le cardinal de notre diocèse a célébré une messe pour tous

Cathédrale Saint Jean 03102009 (19).JPG

 

mais surtout pour les personnes handicapées nous étions parqués dans un espace tous ensemble fauteuil contre fauteuil

Cathédrale Saint Jean 03102009 (13).JPG

moi j'ai chance ma sœur a mis désordre en prenant une chaise pour elle et une autre pour une amie elle se sont installées au milieu de nous elles ont osé braver l'interdiction car on leur a dit a plusieurs reprises de sortir de ne pas être là au milieu des personnes handicapées ma sœur elle est têtue et elle est restée avec moi et mes copains mais une cathédrale emplie de gens chantant « solidaire » un chant chanté avec conviction mais en restant à un mètre de notre espace réservé.

Terrible moment de questionnement sur le discours et l'acte moi j'ai ma sœur rebelle mais les autres ils pleuraient des larmes dans leur cœur cachées au fond d'eux même pour ne pas se donner en spectacle.

Moi j'ai pleuré aussi et pourtant notre cardinal semble sincère

Cathédrale Saint Jean 03102009 (20).JPG

mais il n'a pas vu ni senti toutes ces larmes.

 

Commentaires

  • tu as décrit bien joliment le parcage des personnes handicapées au milieu de notre basilique nous étions placé dans la condition des animaux élevé en batterie ça m'a rendu triste mais je me sentais plus solidaire de ces créatures de Dieu que de celles sensées nous inclure !!!!!!
    Nous avons pleuré mais aussi prié avec nos copains et ça c'était
    un moment de pur bonheur
    je t'embrasse très très fort

  • Moi rebelle ? Non, non. Je voulais juste être AVEC. Si, si.
    Et vos larmes, je les ai vu.

  • je te comprends elisa,
    je suis triste pour vous tous!
    tu devrais envoyer la fin de ta note et le commentaire de ta maman aux organisateurs.a Monseigneur barbarin aussi, qui lui n 'est pour rien dans le fait que vous vous soyez sentis parqués comme tu dis!
    j 'espère que tes projets avancent
    je t 'embrasse bonne semaine naik

  • @Naik : un courriel a été envoyé à l'évêché, avec le lien sur cette note du carnet d'élisa. Si, si.

  • Il ne faut pas être triste, mais aussi penser que si l'on vous a placé de la sorte est sans doute une question d'espace, pour toi Elisa la croyante, nous autres les handicapés, les malades, les blessés de la vie, les douloureux de tous bords, sommes le trésor de l'humanité souffrante. Vous avez beaucoup de chance d'avoir un tel cardinal aussi présent près de chacun !

    Je vous embraze les filles ...

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • Oh ... j'ai vécu cela aussi il y a quelques semaines lors de l'enterrement de la petite Sarrah trop tôt partie, les "bien-pensants" voulaient me "garer" avec une autre personne en fauteuil (que je n'aime pas beaucoup) et loin de mes enfants et mari, je me suis rebellée (alors que la tristesse était très présente) pour que mes filles soient avaec moi et que je puisse les soutenir pendant l' au-revoir à notre jeune amie. J'ai touvé détestable de devoir me battre dans ce lieu. Comme je te comprends et je partage tes larmes Elisa. Bravo Anne-Marie d'avoir agi ainsi.

  • Je suis d'accord avec vous et je regrette q'on vous ait séparé de nos familles et amis. J'espère quand même que vous avez pu prier de tout votre coeur et que les paroles du Cardinal ont été bien reçues et appréciées. Je vous embrasse toutes les trois.

  • Une réaction un peu différente au vécu d'Elisa.J'étais l'autre personne assise sur une chaise au milieu des personnes handicapées.Je n'ai pas eu l'impression de braver un interdit,car j'ai eu l'impression d'etre entendue quand l'organisatrice me demandait de me déplacer. J'ai vécu tres heureuse de m'installer à coté de phil. une ancienne connaissance, de rencontrer Marion de Meyieu et Christine de Gerland.
    Etre solidaire c'est exigeant, des 2 cotés il faut arriver à dire ses besoins ,ses choix.La prochaine fois il faudra peut etre prévoir qu'une personne de votre aumonerie aille à la réunion d'organisation pour dire que cette séparation personne handicapee valide vous est douloureuse pour vous et vos familles.Il y aeu maladresse mais pas intention mauvaise.Et la célébration était belle!

  • Sans jugement de ma part mais juste pour "appuyer" un peu là où ça fait mal : je cite Annie : "pour dire que cette séparation personne handicapee valide vous est douloureuse pour vous et vos familles" VOUS devriez prévoir ... cette séparation est douloureuse pour VOUS et VOS familles ..." fin de la citation. Est-ce que cette séparation ne se ressent pas à nouveau dans ces propos, pour faire court j'ai l'impression que le malheur des uns ne fait pas le malheur des autres ...

    je dis ça sans aucune violence, c'est juste une question de ressenti et de niveau de lecture ....

  • Bonjour Elisa je reconnais bien ta soeur , j'aurais bien aimé être là je sais être très discrète mais là non rien que de lire ton message j'ai envie de.....il faut garder l'espoir qu'un jour peut être il n'y ait plus d'incompréhension de la part des "autres"
    mon kiné m'a raconté qu'un de ses jeunes patients ne comprenait pas pourquoi il devait rééduquer sa main, il est né avec une main atrophiée; "pourquoi dois-je faire de la rééducation je suis normal si vous qui n'êtes pas comme moi..."
    bisous

  • @Annie : mais je suis allée aux réunions de préparation, et j'ai rappelé qu'il nous fallait être ensemble assis cote à cote. J'ai même demandé que toute la célébration soit assise pour ne pas géner la vue des personnes qui ne peuvent pas se lever.
    Moi, comme JustmarieD, ce qui me dérange c'est le fait que cela ne gènait pas les valides d'être à part.
    Finalement, c'est comme cela que je vais le voir : pourquoi les valides étaient-ils tous à part ? Un autre regard, comme le patient du kiné de ma cop' Martine !
    En tout cas, je sais que des familles se sont installées au fond de la cathédrale pour ne pas être séparée, j'en sais même d'autres qui sont parties pour la même raison.
    Dommage, car la célébration était effectivement belle.

    @tous : un billet qui fait réagir, car les approches sont différentes. Je rêve d'un jour où ce billet ne pourra pas exister car nous serons vraiment tous ensemble.

  • vous avez raison Anne Marie et Marie pourquoi les valides étaient ils tous à part?nous sommes tous soeurs et frères dans le christ, une seule famille qui se serre les coudes, qui partage de près et non de loin.
    je vous embrasse naik

  • oui j'ai pleuré en arrivant losque je me suis vue placée ds ce coin .personne de valide avec nous donc pas de melange .d'un coté j'etais contente car je voyais bien devant ce qui allait se passer ,mais d'un autre je ne verrai personne lorsque ,merci mon dieu elisabeth est arrivéeavec sa soeur et l'atmosphere a été transformée .merci anne mary pour votre devouement et votre rebellion .merci elisabeth de m'avoir fait partager une celebration plus humaine grace aussi à la presence de ta maman à mes cotés et merci pour la photo ...que j'aimerais avoir sur papier comment dois-je faire ?je ne vois rien d'indiqué pour imprimer .
    malgré le "parcage" journée forte dont je remercie le seigneur.
    colette

  • Vous pensez avoir senti la violence avec laquelle respirent ceux qui vous ont placé là séparé loin des votres ! L'ont-ils simplement voulu, anticipé ? Je m'interroge en même temps et je suis très surpris de l'intérèt que suscite ce parquage ! À l'intérieur de la cathédrale d'où que vous soyiez placés en ses murs, vous n'étiez pas si loin du Bon Dieu vous aurait dit le saint curé d'Ars, votre voisin. Tout en réfléchissant à ce parquage et le mot est dur ! J'écoute avec attention et ma pensée ne peut répondre à ce qui vous agite, mais j'écoute. Vos yeux sont donc restés rivés au centre de l'édifice grand ouvert sur vos parents souffrants puisqu'ils étaient au centre et vous avez eu l'impression que c'étaient eux qui parlaient de nécéssité et d'ignorance. Les amis parqués n'étaient cependant pas murés dans le silence, il n'y avait aucune dissimulation, libres ils appartiennent au monde des gens libres ! La séparation est une ombre que l'on est en droit de trouver injuste, mais y avait-il séparation pour encourir cette réprobation ? Ce peut-il qu'il y ait eu une contradiction secrétement appuyée sur l'inconscience de ce qu'était véritablement votre place et vous êtes requis à vous identifier à vos parents menant le même combat pour la reconnaissance de leur humanité souffrante tout en estimant refuser l'inacceptable de la dissidence entre invalides et valides. Et pourtant vous étiez entre gens d'église ! Je comprends pour l'insoumise, sa justice repose sur ce beau sentiment forgé chaque fois sur l'enclume de son insoumission. Je ne veux croire que dans cette affaire rien d'autre qu'une incompréhension partagée et que vous saurez dans l'avenir vous mélanger pour le plus grand bien de tous.

    Bise les filles ...

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • Personnellement, je trouve assez déplacé la séparation des valides et des invalides dans une église. S'il y a bien un lieu où tout le monde, toute différence confondue, doit être réuni , c'est bien dans une église...

    Un autre lieu...Je me rappelle de Fiona à Eurodisney ou au parc Astérix, je ne sais plus. Un manège couvert dans un tunnel. Elle s'est retrouvée parquée dans un wagon "spécial handicap"...Je n'ai pas pu monter tellement j'ai eu mal de voir ma fille dans son wagon "particulier".

    C'est une souffrance supplémentaire pour tous ceux qui vivent le handicap. Mais bon, je suis peut êtere trop sensible ou simplement chieuse.
    Une chose certaine, c'est que j'approuve et je félicite le comportement de Marie et de "la soeur à moi je"...Il faut un peu bousculer les prêtres qui, même s'ils sont sensés être les plus à même de comprendre, sont souvent hors réalité.

    Bonne soirée à tous, un gros bisou pour toi Elisa.

  • Je viens d’entendre les commentaires ils font polémique je n’aime pas les conflits je pense que d’être dans un fauteuil roulant de vivre assis sur des roues c’est la différence essentielle dans ce contexte.
    Il faut que l’on soit devant pour voir il faut assurer la sécurité il faut l’espace car nos fauteuils occupent le sol plus que deux pieds mais il faut aussi être ensemble avec la famille les amis et moi j’ai besoin de quelqu’un de connu à côté de moi qui peut pousser mon fauteuil pour déplacement qui vérifie que je vois bien qui range mon pied qui a tendance à sortir du marche pied et avec qui je peux partager par un regard une pression de main un sourire des émotions.
    Ma sœur a un rêve je rêve avec elle mais je sais utopie car il se trouvera toujours quelqu’un pour trouver qu’un alignement de fauteuil roulant c’est joli et en oubliant que ce ne sont pas les fauteuils qui sont alignés mais les personnes assises dedans qui le sont et qui le vivent douloureusement.
    Merci de vos commentaires à tous ils m’ont montré que le chemin de compréhension mutuelle est encore long que nos routes sont encore différenciées mais je garde espoir.

  • Je suis avec Pat *** à mes côtés et nous pensons qu'il n'y a pas polémique, mais des avis différents, bien sur qu'il n'est pas évident d'installer des fauteuils roulants et les familles avec et au centre de la cathédrale, moi qui va à Lourdes chaque années comme hospitalière, je peux bien t'en parler, et l'on pourrait croire qu'il y a abus, mais non ! Nous pensons avec Pat *** que la cérémonie a été faite pour vous, à votre intention, le fait que l'on vous a placé au centre stipule sans doute dans l'esprit de ceux qui était en charge le sentiment de vous avoir au centre, pour nous plus un signe affectif qu'un parcage.

    Je vous embrasse Elisa et Anne Marie, Pat dit je vous les filles

  • je réponds un peu tardivement mais je ne suis pas rentré chez mes parents le week end dernier ; j'ai donc lu ton message ce samedi. Tu sais que j'étais à cette cérémonie. je peux dire qu'en effet toutes les personnes en fauteuil étaient regroupées mais je n'en ai pas souffert étant donné que je me trouvais à côté de ta maman, pas loin de la mienne qui était dans les bancs juste à côté et où il y avait des personnes valides. C'est certain que "faire un seul corps" ne doit pas rester qu'une parole mais être appliquée. Je pense quand même que l'essentiel c'est que celles et ceux qui ont entendu le message l'auront reçu dans leur coeur et le mettront en application dans leur vie de tous les jours. Ma conviction c'est que on ne doit pas s'arrêter uniquement sur des positions "ensemble ou pas" , mais que le message passe me paraît plus important, car il touche les individus dans leur coeur , leur façon de se comporter, leur regard, leur écoute. Je t'embrasse ainsi que ta soeur. ALAIN

  • Waw, chouette billet, merci à vous pour les astuces, et je "plussoie" moi aussi entièrement ce point de vue... Permettez-moi d'insister, votre blog est excellent, énormément d'infos instructives. PS : Vous avez un très bon style, bravo !

Écrire un commentaire

Optionnel